Magali Perruchini

9 mars 2018, 11 h 28 : Fondatrice du blog Les Mains Baladeuses, Magali Perruchini part à la rencontre d'artisans talentueux et lève le voile sur leurs savoir-faire parfois méconnus, souvent ancestraux. Elle vient de publier son premier livre, « Nouveaux Artisans, portrait d’une génération qui bouscule les codes »,  animée par la volonté de présenter un panorama de cette génération qui incarne le nouveau visage de l'artisanat français. Nous lui avons donné rendez-vous à l'Hôtel du Temps, dans le 9ème arrondissement, afin qu'elle nous évoque son projet.

« J'ai une véritable passion pour les livres qui ont notamment eu une fonction salvatrice dans mon enfance. Cela faisait très longtemps que j'avais envie d'en écrire un et l'idée de mettre en avant des savoir-faire et des artisans s'est naturellement imposée, car cela fait plus de 3 ans que je pars à la rencontre d’artisans grâce à mon blog, Les Mains Baladeuses. Il y a deux ans, j’ai également réalisé, aux côtés de Lucile Grémion, un Tour de France d’un mois à la rencontre d’artisans, et ce à bord d'une 4L de 1986 ! Cette fois-ci, j’avais envie de redonner la parole à cette nouvelle génération d’artisans en faisant un livre-témoin de leurs motivations et de ce que ce retour à l’artisanat dit de notre société en mutation. Ils sont céramiste, peintre en lettres, préparateurs motos, sérigraphe, distillateur... Les vingt-cinq artisans que j'ai rencontrés dans le cadre du livre ont pour point commun d’être des entrepreneurs et d’avoir fait le choix d’exercer une activité manuelle. Par ailleurs, tout en conservant la tradition de leur métier, ils réussissent à l’inscrire pleinement dans la modernité.

Le livre est écrit sous forme de témoignages, ce qui permet aux artisans de livrer leur propre parole. Ils y évoquent leur savoir-faire mais aussi le lien particulier qui les unit à leur activité, leur rapport à la matière, leur engagement dans la voie artisanale, leur philosophie de vie... Portrait après portrait, les témoignages dessinent le contour de nouvelles aspirations qui infusent dans notre société – revenir à plus de simplicité, d’authenticité, de « vrai » – aussi bien en tant que travailleur qu’en tant que consommateur. Ce sont ces valeurs que je voulais partager à travers leurs paroles et leur activité. Pour moi, s’interroger sur l’artisanat, c’est s’interroger sur la nature de l’être humain. Avec la segmentation du travail, le basculement dans une société de service et la numérisation de nos activités, nous évoluons dans un monde d’information, déconnecté de la matière. Résultat, bon nombre de travailleurs veulent redonner du sens à leur profession en revenant à du concret et en maîtrisant la chaîne de A à Z. Comme le dit Jeremy Maxwell Wintrebert : « Il est important de reconnecter l’esprit à la matière. » Pour aller plus loin, j’ai eu à cœur de faire appel à un préfacier – Jean-Laurent Cassely, auteur de « La révolte des premiers de la classe » aux Editions Arkhê – et à un postfacier – Pierre-Yves Gomez, professeur et auteur, entres autres, de « Intelligence du travail » aux Editions Desclée de Broywer. Dans son livre, Jean-Laurent Cassely s'interroge sur les raisons qui nous poussent à quitter nos bullshit jobs pour ouvrir des foodtrucks, des commerces de proximité ou devenir artisan. Je suis très heureuse et reconnaissante qu'ils aient accepté de participer à ce projet !

Chaque personne rencontrée est marquante, mais le savoir-faire du souffleur de verre m’a particulièrement émue. Il s'agit d'un savoir-faire très éprouvant physiquement, qui demande une concentration de chaque seconde et ne pardonne aucune erreur. Le cycloplombier est très touchant lui aussi, car il désire redorer l’image du plombier et il travaille pour réhabiliter la notion de service. Il voit son activité comme un moyen de faire sa part et de rendre les gens heureux. Dans le fond, c'est un peu ce que chacun d'entre eux souhaite : faire ce qu’ils aiment mais toujours dans l’optique de faire plaisir à autrui, dans une démarche d'éthique et de respect. J’aime beaucoup citer Christophe Vasseur, ancien commercial dans la mode devenu boulanger, qui dit :  « Réussir, c’est à mes yeux le sentiment d’être à sa place en faisant quelque chose que l’on fait bien et qui est utile aux autres. » »

« Nouveaux Artisans, portrait d’une génération qui bouscule les codes » de Magali Perruchini, aux éditions Eyrolles, déjà disponible au prix de 28 €. Pour plus d'informations, rendez-vous ici.