Eugénie Lefebvre & Renaud Charles

13 mars 2018, 16 h 33 : Nous longeons le canal de l'Ourcq en direction des Magasins généraux, nouvelle figure de proue de l'ébullition créative qui règne à Pantin. Un trajet qui ne manquera pas de résonner avec le discours d'Eugénie Lefebvre et Renaud Charles lorsque nous les rencontrerons, quelques minutes plus tard, dans la cafétéria de cet ancien entrepôt reconverti en centre de création. Respectivement Directrice de la publication et Directeur éditorial du « Guide des Grands Parisiens », ils nous ont donné rendez-vous pour évoquer leur ouvrage précurseur qui vise à réconcilier la capitale avec sa banlieue, à l'aube des mutations et des chantiers qui s'apprêtent à bouleverser nos usages de l'agglomération parisienne.

« Ce projet est né à la fois chez Enlarge your Paris et chez les Magasins généraux. Le Grand Paris étant un petit monde, nous nous sommes notamment retrouvés au cours d'un séminaire où l'on a évoqué cette idée de premier guide... Pour les gens, cette notion de Grand Paris ne veut pas dire grand chose : au mieux, il s'agit d'une couche administrative de plus ou d'un grand chantier de transports coûteux, dont on ne sait pas vraiment quand il verra le jour. Il nous semblait évident qu'il fallait créer et participer à un premier récit du Grand Paris présent et futur, tout en racontant une identité commune aux parisiens et aux habitants de la banlieue. Car aujourd'hui, si vous voulez découvrir le Grand Paris à travers un guide, il faut acheter le Routard qui va peut-être se risquer à parler des Puces et un guide de l'Île-de-France qui fait bien attention à ne pas évoquer Paris...

DSC_0637.jpg

Notre force réside à la fois dans notre subjectivité et le fait qu'il s'agisse de vécu, d'un condensé établi par les journalistes et les blogueurs qui sont venus nous prêter main-forte dans leurs domaines respectifs. C'est quand même fou de se dire que dans Paris intra-muros, des centaines de personnes écrivent sur les mêmes restaurants parce que c'est un faire-valoir. Chose que l'on ne ressent pas lorsque l'on a passé le périphérique... Il y a un gros problème d'imaginaire et d'identité, un regard très stéréotypé. Nous n'avons surtout pas voulu tomber dans l'écueil qui considère que la banlieue parisienne est en crise permanente. Nous considérons ces réalités sociales, mais également le fait qu'elles ne peuvent pas enfermer la banlieue dans un territoire souvent décrit comme une zone de non-droit, de violence et de drogue. C'est pour cela que nous avons choisi de débuter le guide par une série de photos d'atmosphères, qui racontent la diversité d'un territoire que l'on n'a pas l'habitude de voir en photo. Il fallait rétablir un certain équilibre : nous en sommes encore loin, mais c'est une première pierre et on est contents de l'avoir posée ensemble.

DSC_0645.jpg

Il y a un point de départ dans ce guide qui est la carte, qui nous a amenés à nous demander comment on allait raconter ce Grand Paris. On a voulu prendre une forme de subjectivité en s'appuyant sur la façon dont on vivait le territoire : la frontière du périphérique, qui a créé une zone intra et extra-muros n'est pas réelle dans le vécu des gens. C'est à partir de cette proposition de vision subjective que l'on a chapitré l'ensemble du livre. Beaucoup de gens n'ont aucune idée de ce qui se cache derrière Argenteuil, La Courneuve ou Châtillon. Quand on parle de Square XXL, de Delta ou de Petite Riviera, on a davantage idée de ce que l'on va y trouver. Cela a été possible d'établir cette carte car nous avons pu ressentir les identités qui se détachaient de chaque territoire. La Petite Riviera porte bien son nom : lorsque vous êtes sur les bords du lac d'Enghien-les-Bains avec dans le dos le grand hôtel qui ressemble au Majestic de Cannes, vous êtes vraiment dans une ambiance de bord de mer. Le Square XXL était une manière de dire que l'on a des parcs immenses, plus grands que le Luxembourg dans lequel on s'entasse à Paris dès qu'il fait beau... Pourtant, le parc de Sceaux, qui est dix fois plus grand et aussi beau, est lui aussi sur la ligne de RER B.

DSC_0638.jpg

On a dû faire des choix en sélectionnant des adresses qui avaient du sens par rapport à la ligne éditoriale de chaque quartier. L'idée est d'évoluer avec ce territoire, de développer une version digitale et de traduire le guide en anglais. On s'est permis de citer des adresses qui sont éphémères, c'est un peu l'almanach de l'année 2018, certains endroits n'existeront plus en 2019 et seront remplacés par d'autres. Notre Grand Paris fait 1 800 kilomètres carrés, tandis que Paris s'étend sur 100 kilomètres carrés... Cette ville génère beaucoup de stress au quotidien, il existe une tension que l'on ressent physiquement et qui a ses raisons. D'un côté du périphérique, on a 18 000 habitants au kilomètre carré, de l'autre 6 000 : ce Grand Paris est ce qui pouvait arriver de mieux à Paris pour souffler. Il est annoncé deux fois plus de touristes d'ici cinq à dix ans, en plus des 35 millions de touristes qui transitent déjà à Paris. Ce serait bien qu'ils sachent qu'ils peuvent aller faire du bateau sur le canal de l'Ourcq, faire du paddle à Joinville-le-Pont ou découvrir le parc Henri Sellier plutôt que de se battre sur un carré de pelouse d'un jardin public ! Et qui sait, peut-être que dans vingt ans Paris s'étendra jusqu'au Havre en passant par Rouen... Nous espérons en tous cas que l'imaginaire autour de la ville se sera élargi, que les gens auront cette carte-là en tête et qu'ils se diront : « Ce week-end, je vais dans l'Océan Vert ». À ce moment-là, nous aurons réussi notre pari.»

Le « Guide des Grands Parisiens » a été écrit par l'équipe de Enlarge your Paris (Renaud Charles et Vianney Delourme) et édité par les Magasins généraux (Eugénie Lefebvre et Aurélie Boué). Pour plus d'informations, rendez-vous sur https://grandsparisiens.com.