Prune Cirelli

7 mars 2018, 10 h 02 : Prune Cirelli, qui a l'habitude de prêter ses illustrations poétiques à des magazines ou à des grands noms de la décoration, vient juste de signer un projet plus personnel. Réalisé en collaboration avec son mari Laurent Cirelli, le livre « Comme son ombre » revisite le conte initiatique pour en faire une histoire universelle. Elle a accepté de nous rencontrer à The Hoxton, dans le 2ème arrondissement, afin d'évoquer les origines de leur ouvrage, à quelques jours de sa signature au Salon du Livre de Paris. 

« Je suis illustratrice depuis 2012 mais ce n'est pas du tout mon monde au départ, puisque j'ai longtemps travaillé à Drouot en tant qu'experte en tableaux du 19ème siècle. Lorsque j'ai décidé d'en changer, je me suis immédiatement remise à dessiner. Je n'avais pas tenu un crayon depuis au moins quinze ans, il a donc fallu que je me constitue un book. Finalement, je ne saurais pas dire comment mais j'ai décidé de proposer une galerie de portraits de chiens à la créatrice Marie-Hélène de Taillac. Elle a adoré l'idée, et nous l'avons mise en place dans ses différentes vitrines à Paris, New York et Tokyo. De fil en aiguille, je me suis rendue compte que les animaux étaient ce qui m'était le plus confortable à dessiner.

« Comme son ombre » est un livre que mon mari Laurent et moi avons pensé et sur lequel nous avons travaillé très longtemps. Son thème l'avait beaucoup intrigué, puisque c'est un spectateur assez obsessionnel du film « Nocturne Indien » d'Alain Corneau, tiré du livre d'Antonio Tabbuchi. Dans lequel un des personnages évoque l'histoire de Peter Schlemihl comme quelque chose d'assez mystérieux, mais philosophique et fondateur. Nous avons gardé cela en tête pendant longtemps, sans y prêter attention, puis Laurent est retombé sur une allusion de Tabbucchi dans un livre. Nous avons fini par lire ce livre qui est un conte allemand du début du 19ème siècle. Outre son écriture ravissante et sa perfection stylistique, on y a trouvé quelque chose d'universel et d'éducatif. Nous nous sommes dit qu'il serait intéressant d'écrire un livre pour enfants qui soit aussi un récit édifiant. Laurent a pensé à cet aspect très philosophique de l'histoire, tout en ayant envie de lui insuffler une dimension contemporaine. Comme je travaille beaucoup les illustrations d'animaux, nous avons pensé que ce serait un bon vecteur car ce n'est pas daté et même si chaque animal a sa personnalité, ils véhiculent instantanément de la sympathie.

En parallèle de mon travail d'illustratrice, j'ai rencontré un certain nombre d'auteurs et d'éditeurs, ce qui m'a donné l'occasion de leur demander si nous étions dans la bonne direction et d'affiner au fur et à mesure. Nous avions conscience du fait qu'il y avait énormément de travail pour faire aboutir le livre mais cela nous paraissait compliqué d'y arriver seuls, sans rien connaître de l'univers des livres pour enfants. Cela a évolué doucement, jusqu'au jour où nous avons rencontré Delphine Monteil, la fondatrice de l’Étagère du Bas, une maison d'édition à la sélection qualitative et esthétique. Dès le départ, nous tenions à faire de ce livre un bel objet, que l'on pourrait laisser traîner sur la table du salon. Elle a immédiatement saisi le côté un peu désuet et nostalgique que l'on souhaitait lui insuffler. J'avais envie du même genre de livres que ceux que je lisais dans la maison de campagne de ma grand-mère, dans lesquels les textes sont allégés par des images, afin que cela ne soit pas insurmontable pour un enfant. Connaissant très bien son métier, elle a tout de suite su nous dire ce qu'il fallait expliciter, développer, retravailler... Par exemple, l'idée de la couverture, avec son jeu d'ombres et sa texture, nous est venue ensemble, au fil de nos échanges. Finalement, notre grande chance a été d'être sur la même longueur d'ondes du début à la fin, et que tout se fasse progressivement et naturellement. »

DSC_0614.jpg

« Comme son ombre », établi par Laurent et Prune Cirelli, paru aux éditions de L'Étagère du Bas. Vous pouvez retrouver ses auteurs au Salon du Livre de Paris le 17 mars de 10h à 13h et au Tigre Yoga Club du 16ème arrondissement le samedi 24 mars dans la matinée.