L'imprimerie d'Astier de Villatte

26 mai 2016, 10 h 05 : Nous avons rendez-vous à l'imprimerie SAIG, à l'Haÿ les Roses. Cet immense bâtiment, situé dans une zone résidentielle paisible, abrite les derniers Linotypes en état de marche, qui tournent régulièrement pour imprimer des ouvrages indépendants. Parmi eux, « Ma Vie à Paris », le premier guide de la boutique Astier de Villatte, qui présente les bonnes adresses de ses fondateurs, Ivan Pericoli et Benoît Astier de Villatte. C'est d'ailleurs ce dernier qui nous a invitées à visiter ce lieu exceptionnel, dont il a récemment fait l'acquisition avec son associé, afin de préserver un savoir-faire en perdition. Nous voici donc, de bon matin, accueillies par Monsieur Huin, l'imprimeur en chef. Ivan arrive quelques minutes plus tard, et prend le relais... 

« Nous sommes dans la seule imprimerie en France qui utilise encore des Linotypes. L'atelier se sert d'une méthode de composition au plomb pour les lettres : pour réaliser les pages de titres et les couvertures, les employés utilisent des caractères mobiles, qui existent depuis les débuts de l'imprimerie. L'idée est de choisir les plombs, de les aligner à l'envers et de composer son texte de façon manuelle. M. Huin a tellement l'habitude de le faire qu'il est capable de lire à l'envers ! Le Linotype a été inventé pour éviter d'avoir à aligner les lettres manuellement. Au 19ème siècle, les opérateurs perdaient un temps fou, non seulement à composer mais aussi à ranger les caractères, car il fallait les remettre un à un dans des cases. La linotypie implique que chaque page de chaque ouvrage doit être tapée à la main. Les bandes de texte sont ensuite coulées dans du plomb, et la mise en page est réalisée manuellement par Monsieur Huin. La linotypie est un procédé qui ne trahit pas la composition typographique, ni le savoir du typographe... Depuis les années 1980, les formations des métiers du livre ont connu un déclin et pour maintenir ce savoir-faire particulier, la seule solution est d'apprendre sur le tas, comme le fait Jacques, l'apprenti de Monsieur Huin.

Aujourd'hui, l'imprimerie se concentre sur la bibliophilie. Il y a beaucoup de clients et d'amateurs d'ouvrages indépendants, comme ceux d'Isolato ou de Dumerchez... Et les nôtres ! Après avoir pris l'habitude de glisser nos bonnes adresses à la fin de nos agendas, nous avons décidé de sortir notre premier guide, « Ma Vie à Paris » , qui sera bientôt suivi d'une édition anglaise. Cet ouvrage a mobilisé l'imprimerie et tous ses employés pendant un mois entier. Nous y faisons également imprimer nos carnets « cube » : pour réaliser les couvertures, nous travaillons avec Monsieur Huin. On mélange les couleurs dans les rouleaux de manière aléatoire, on arrête les machines, on les redémarre, on bidouille tout ça... Grâce à cette technique peu orthodoxe, chaque couverture est unique ! »

Le livre « Ma Vie à Paris » et les carnets Astier de Villatte sont disponibles dans les deux boutiques de la marque, au 173, rue Saint-Honoré, Paris 1er et 16, rue de Tournon, Paris 6ème. www.astierdevillatte.com