REYZ

12 février 2016, 13h15 : Nous rencontrons l’artiste REYZ à la galerie Iconoclastes occupée actuellement par les oeuvres de Combo Culture Kidnapper. Ce dernier utilise l’espace comme un atelier temporaire le temps de son exposition « CoExist » à l’Institut du monde arabe et il partage gentiment avec nous aujourd'hui son lieu de travail pour cette rencontre particulière…

Cliquez sur Fujimi pour accéder à la vidéo ! 

REYZ fut un temps danseur de breakdance et graffeur ; il fait partie des premiers street artistes à exposer dans un espace clos au Grand Palais en 2010 dans le cadre de l’exposition-vente TAG dont le commissariat était assuré par Alain-Dominique Gallizia. Son obsession de marquer les murs de son blaze s’est transformée en une véritable passion pour les textiles et le cuir, ses supports de création favoris. Vogue Sao Paulo (Faith Connexion) et Marie-Claire USA (Saks 5th avenue) ont collaboré avec lui ; Alicia Keys lui a déjà commandé une veste spéciale pour son anniversaire, créée en collaboration avec un ami artiste…  En parallèle de son activité de graffeur dans les années 2000, il a débuté une carrière musicale axée « deep house » et « funk » . Lors de notre entretien, il nous parle beaucoup de voyages, mentionnant Chicago comme son lieu de prédilection aux Etats-Unis pour trouver de l'inspiration et créer sa propre musique. Nous le suivons de près depuis que nous l’avons rencontré une première fois pour sa performance de quatre heures à l’Institut du monde arabe. Celle-ci consistait à customiser les vêtements et les chaussures des visiteurs du vernissage de l’exposition « Hip Hop, du Bronx aux rues arabes » dans la salle du Haut Conseil ; nous étions éblouies par la beauté de son geste et la patience requise pour réaliser des designs précis et cohérents avec les matières et les styles de chacun… Il avait également crée des oeuvres in situ aux côtés de JonOneNoe Two et Yazan Halwani. Aujourd’hui, REYZ nous confectionne deux pièces uniques, en musique : nos deux vestes vintage Levi’s marquées à coups de bombes et de pinceaux, avec le nom de notre agence « les dactylos » dans le dos.  Après 3h30 de travail et une pause earl grey, REYZ nous garantit que nos vêtements ne bougeront pas de si tôt si nous respectons la consigne suivante : utiliser un tissu pour protéger la peinture et passer un fer à repasser pour fixer le tout. 17h : Il retire son pantalon de « western boy », jette ses pots de peintures vides et laisse une tonne de paillettes derrière lui… 

Suivez Reyz sur Facebook et Instagram.